Global Game Jam 2017

Ce week-end du vendredi 20 au dimanche 22 janvier, j’étais au Shadok pour la Global Game jam 2017.


Une Game jam Késako?

Il s’agit d’un hackathon (principe, moment et lieu d’un événement où un groupe de développeurs volontaires se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative, sur plusieurs jours. C’est un processus créatif fréquemment utilisé dans le domaine de l’innovation numérique.) avec pour thème principal les jeux vidéo, mais pouvant aussi porter sur les jeux au sens large (jeu de rôles, jeu de plateau…). Les participants, groupés en équipes, doivent créer un jeu dans un temps limité, généralement le temps d’un week-end, sur 24 à 72 heures. La Global Game Jam est donc une Game jam annuelle regroupant environ 80 pays, cela représente des milliers de jeux créés dans le monde entier en l’espace d’un week-end! Chaque année un nouveau thème est donné, cette année j’ai rencontré the « Waves ».

 


 

 Ainsi pendant ces 48 heures nous avons créé un jeu.
C’est une histoire de fourmis dans leur fourmilière, de propagande, de radios, et de révolution.
Nous avons choisi de traiter le mot « waves » comme l’onde et non la vague (même si la marabunta est une vague de fourmis, un peu de culture!), les ondes radio, les vagues d’ennemis, tout ça créé par une équipe constituée de trois graphistes : Aurélia Ritter, Mylène Legroux et moi même pour les graphismes, les menus et la cohérence visuelle du jeu et de quatre développeurs : Vivien Pfrimmer, Elouan Poupard-Cosquer, Morgan Touverey Quilling, et le très barbu et vénérable Martin Kuppe pour le développement, l’intelligence artificielle, et tout le reste !

 

-> Pour l’essayer, ça se passe par ici : http://wof.woodpecker.fr <-

La page du jeu sur le site de la Global Game Jam : http://globalgamejam.org/2017/games/waves-freedom-0